Ce sont les métiers du futur

Webdesigner, spécialiste du cloud, social media manager… Personne n’avait entendu parler de ces métiers il y a vingt ans, mais ils sont aujourd’hui bien établis. À l’avenir aussi, des professions dont nous ne pouvons pas imaginer qu’elles existent actuellement apparaîtront, tandis que d’autres emplois disparaîtront. À quoi ressemblera le marché du travail dans une quinzaine d’années ? Et comment s’y prépare-t-on ?

Robotisation

De nombreux métiers sont déjà largement automatisés. Par exemple, la production d’une voiture ne nécessite pratiquement aucune main humaine. Ces évolutions se poursuivront dans les cinq à dix prochaines années. La position d’agent de voyage est menacée en raison de l’essor des sites de voyage.

L’avancée des caisses automatiques dans les supermarchés a déjà entraîné une baisse de la demande de caissiers, mais ce métier pourrait disparaître complètement à l’avenir. De plus en plus de banques utilisent déjà des chatbots pour le contact avec les clients et externalisent également d’autres services vers des ordinateurs : du conseil hypothécaire à la gestion de portefeuille d’investissement.

Voitures autonomes

D’autres évolutions sociales et technologiques rendront également certaines professions superflues. Par exemple, les chauffeurs de taxi et de camion doivent craindre pour leur emploi en raison de l’essor des voitures autonomes. Les notaires suivront l’avancée de la technologie blockchain avec méfiance. Les transactions financières ou les documents peuvent être cryptés de manière cryptographique et enregistrés sur un réseau d’ordinateurs.

Reconversion et reconversion

Tous ces changements nécessitent des ajustements. D’ici à 2030, des millions de personnes dans le monde devront trouver un tout autre métier. Les percées technologiques créent souvent des domaines d’expertise complètement nouveaux. À titre d’exemple, il existe déjà une forte demande de pilotes de drones et d’experts dans le domaine de la réalité virtuelle et de l’Internet des objets. Les entreprises font également la queue pour les scientifiques des données, les gardes de la cybersécurité et les enfants prodiges qui peuvent développer des algorithmes intelligents pour les ordinateurs d’apprentissage automatique.

Donc quiconque veut rester employable jusqu’à la retraite devra apprendre et/ou apprendre tout au long de sa carrière, afin d’être en mesure de répondre aux exigences et aux circonstances en constante évolution. Une reconversion est parfois nécessaire.